GLENNERE , Aubigny Le Pays des Ecossais

La confrèrie GLENNERE se reconnaît dans les préceptes de l’«Auld Alliance» franco-écossaise, enracinée dans l’histoire de deux peuples unis dans l'adversité: la fidélité et l’amitié. La confrérie GLENNERE s’emploie à faire connaître, promouvoir défendre les valeurs traditionnelles historiques, gastronomiques et touristiques franco-écossaises. Ambassadrice de son terroir, elle développe des relations intellectuelles et culturelles et cultive la convivialité.

Wednesday, April 19, 2006

Aubigny's Stuarts, revisités par Sébastien Chaillou

Pour rencontrer Sébastien Chaillou, peintre cliquer sur ce lien > http://sauldreetsologne.hautetfort.com/

Sunday, April 09, 2006

BATAILLE DE POITIERS célébration 2006

Pour en savoir plus, cliquez sue ce lien > http://sauldreetsologne.hautetfort.com/archive/2006/04/09/1356-itineraire-de-la-chevauchee-du-prince-noir-en-haut-berr.html
Pour agrandir l'illustration cliquer dessus

Saturday, April 08, 2006

le PRINCE NOIR, ruine Aubigny en 1356


Édouard de Woodstock, dit le Prince Noir, était le fils aîné du roi d’Angleterre, en guerre contre celui de France. Son surnom serait dû à la couleur de son armure mais il n'était pas utilisé par ses contemporains. Il a été choyé par Édouard III, ne négligeant ni son éducation ni son instruction de prince.
Mandaté par son père, il arriva à Bordeaux le 20 septembre 1355 en pleine guerre de cent ans pour protéger les possessions anglo-gasconnes contre les Français. Deux semaines plus tard, il mena une campagne vers le sud-ouest jusqu'à Narbonne.
Au printemps 1356, sa réputation de stratège et la crainte qu'il inspire lui permettent de lever sans mal une armée disparate composée surtout d'Anglais, de Gallois, et de Gascons. Cette campagne de 1356 le conduira cette fois à travers le Poitou et le Berry en passant par Aubigny jusqu'à Maupertuis, près de Poitiers, ou il infligera une sévère défaite aux français. C'est lors de cette « Bataille de Poitiers », le 19 septembre 1356, qu'il captura le roi Jean II.

Pour agrandir l'illustration cliquer dessus

Sunday, April 02, 2006

CONCRESSAULT, Charles VII offre la forteresse heritée de son oncle le duc Jean de Berry à John Stuart

La légende raconte que Concressault s'élève sur les terres d'une ancienne forêt druidique, lieu de culte celtique.La présence de l'homme sur ce site est attestée depuis l'époque préhistorique. Il faut cependant attendre l'an mil pour constater l'implantation d'un centre de vie organisé autour d'une butte médiévale érigée au lieu dit la Boisbelle.
L'essor du village de Concressault, qui ne prend ce nom qu'au XVème siècle, résulte de sa situation géographique avantageuse. Il se trouve en effet au croisement de deux axes de communication importants : l'axe Sully-Sancerre et l'axe Bourges-Ile de France. A l'époque médiévale, la cité abrite de plus un gué « le pavé » permettant de franchir la Sauldre en échange de l'acquittement d'un droit de passage. Pour protéger cette source de profit, les habitants érigèrent les premières fortifications.Cité prospère, elle attise l'intérêt du pouvoir royal. Philippe Auguste décide alors de racheter une partie de sa souveraineté aux seigneurs locaux avant de les écarter définitivement. Deven
ue ville royale, Concressault échappe également aux règles du servage.
En 1338, la guerre de Cent ans qui voit l'affrontement des royaumes des France et d'Angleterre éclate. Le château tombe alors aux mains des Anglais qui le détruisent. Il est cependant rebâti sous l'impulsion du duc Jean de Berry et résiste à un second assaut. En 1427, les troupes anglaises sont finalement repoussées au lieu dit la Fosse aux Anglais grâce aux soldats écossais venus apporter leur soutien. En remerciement, le roi Charles VII donne à la John Stuart STUART de Darnley en 1421 Concressault et en 1423 Aubigny-sur-Nère. La cité passe ensuite aux mains de la famille du capitaine de la garde écossaise William MONYPENNY. Mais la royauté française s'inquiète de la puissance de cette place forte et ordonne la destruction de son château. Amorcée par Louis XIII, elle s'achève sous le règne de Louis XIV.
Pour agrandir les illustrations, cliquez dessus

MONYPENNY Seigneurs de Concressault

L'histoire de la famille de Monypenny commence par une légende….
La tradition dit que Malcolm III Cænnmor, roi de l'Ecosse, étant obligé de se sauver après que son père Ducan l’aimable ait été tué par Macbeth en 1040.
Il avait trouvé refuge chez un riche négociant français appelé James Dauphin.
Quand Malcolm a cherché à récupérer son royaume, il a demandé son ami quelques penny, sur quoi James Dauphin a répondu, "Not a few pennies but many pennies". Les deux fils de James Dauphin ont combattus avec Malcolm. Quand le royaume a été récupéré, le roi Malcolm III Cænnmor a donné au fils le plus âgé James, les terres de Pitmilly et de Fife...
Ainsi une lignée ininterrompue commence par Ricardus de Moniepennie…..
A la dixième génération on retrouve William Monypenny, le 1er Lord Monypenny (créé 1460) est né en 1411 et est mort en 1485. Il est allé en France dans la suite de la princesse Margaret de l'Ecosse en 1437 et bientôt après entre au service du Dauphin (le futur Louis XI). Il était Chambelan de Charles VII et Louis XI, et fut armé chevalier par le Bâtard d’Orléans (maintenant Comte de Dunois) au siège de Rouen 16 octobre 1449. Il a été fréquemment utilisé pour des missions diplomatiques par les écossais et les rois français, particulièrement en négociant des mariages royaux. Il a reçu des concessions considérables de terre en Ecosse et en France, où il a été connu en tant que Seigneur de Concressault, il possédait également d’autres terres en Berry (ex : Marmagne ) et a été nommé Sénéchal de Xantogne (Saintonge) en 1473. Il commanda la Garde de la Manche. William
s’est marié Katherine Stewart, ils ont eu, les enfants suivants:
Alexander Monypenny, 2ème et dernier lord dans le Pairage de l'Ecosse, et Vicomte d'Osmoy en France. Il est mort en 1528. Il a posséda tous les domaines familiaux écossais , mais
a résidé toute sa vie en France. Il s’est marié à Marguerite des prés Flockhart, fille de Patrick Flockhart, capitaine de la garde écossaise et Sénéchal de Xantogne. Ils ont eu deux fils qui sont morts avant leur père.
William Monypenny, abbé de Saint Satur. Il a été nommé Archevêque de Bourges en 1512, mais roi François Ier y mis son veto.
Elizabeth Monypenny qui a épousé son deuxième cousin William Monypenny de Pitmilly.

Monipenny.... Monyppeny mais hélas pas de miss_moneypenny.jpg
Pour agrandir l'illstration, Monypenny recevant, en son Château de Concressault ses armes, cliquer dessus

Wednesday, March 29, 2006

LEGENDE ? Concressault , la Fosse aux anglais

pour lire cliquer sur ce lien > http://sauldreetsologne.hautetfort.com/archive/2006/03/30/legende-concressault-la-fosse-aux-anglais.html

Tuesday, March 28, 2006

Stella TILLYARD Winner of the Fawcett Price et du Prix du meilleur livre étranger français 1999


Elle a étudié à Oxford, enseigné à Harvard et à UCLA, et vit entre Londres et Florence.Diplômée d’histoire de l’art, elle a publié un ouvrage sur l’art anglais du Xxème siècle, The impact of modernisme et faisant suite à Aristocrats: Caroline, Emily, Louisa and Sarah Lennox 1740-1831, la saga des Arrières petites filles de Charles II d’Angleterre et de sa maîtresse, Louise de Kéroual, duchesse de Portsmouth et d’Aubigny.
Filles du second duc de Richmond et premier duc d’Aubigny, elles étaient riches, bien éduquées et francophiles. Leurs relations sociales leur donnèrent l’accès aux idées neuves du siècle, aux penseurs, artistes, médecins les plus en vue. Filles des Lumières, assez réceptives pour accueillir la leçon libératoire de Rousseau et le culte de la sensibilité, assez tolérantes pour entendre le message de Thomas Paine, l’appel des colons d’Amérique et les idéaux de la Révolution Française.

Pour cet ouvrage Stella Tillyard fut "
Winner of the Fawcett Price" et reçu le Prix du meilleur livre étranger français 1999.

La BBC a produit une série télévisée ‘Aristocrats’, inspirée du roman de Stella Tillyard, qui a fait un véritable tabac outre manche ! (voir photo Aristocrats)
Goodwood, résidence des ducs de Richmond et d’Aubigny a largement profité la notoriété de ce phénomène cathodique...

Citizen Lord, une biographie du fils d’Emily Lennox, Lord Fitzgerald, révolutionnaire irlandais mort au cours de la Rébellion .
(pour agrandir les illustrations, cliquer dessus)

LENNOX Family


Cliquer sur les documents pour les agrandir

Charles LENNOX, le frère des "Lennox sisters"

Charles Lennox, 3ème duc de Richmond et second duc d’Aubigny
Véritable prince du XVIIème siècle. Sensible aux idées des lumière, homme de grande culture qui rencontra Montesquieu (1), Frédérick le Grand, L’Empereur François Ier, La Condamine....visita l’Europe
Ambassadeur à Paris 1765/66. Rend hommage à Louis XVI en 1776 pour Aubigny ou il se rendait fréquemment pour chasser .IL installe à Aubigny sa sœur Emily, Duchesse de Leinster, et sa famille, après son remariage en 1776.
Favorable à l’indépendance des colonies américaines ( comme son neveu Fox) en 1778 il arbore sur son yacht le pavillon de l’indépendance des Etats Unis.
(1) Montesquieu est un ami de la famille Lennox. Il est membre de la Loge d’Aubigny fondée en 1735 ( première loge maçonnique de France) dont le père du duc, 1er duc d’Aubigny était le Grand Maître. Lire « Histoire des francs-maçons en Berry de Robert Durandeau éditions L Souny

LENNOX SISTER les arrières petites filles de Louise de Keroual

Quatre aristocrates anglaises de Stella Tillyard édition SEUIL (disponible Maison de la Presse Aubigny)
Caroline, Emily, Louisa, Sarah, les quatre sœurs Lennox, l'emportent haut la main sur les filles du docteur March. Elles sont plus libres, plus aventureuses, à croire que le mot shocking n'avait pas encore cours dans l'Angleterre du XVIIIe siècle. Ou peut-être est-ce leur sang français, la lecture, dans le texte, de Voltaire et de Rousseau, qui les poussent à ruer dans les brancards? Elles descendent de Charles II, le dernier roi Stuart, qui eut le bon goût de prendre pour maîtresse une Bretonne, Louise de Keroual, et d'anoblir le bâtard qu'elle lui donna. Charles la créa Duchesse de Portsmouth et Louis XIV Duchesse d’Aubigny. Devenu duc de Richmond, l'aïeul légua à sa lignée un formidable appétit de vivre.
Le quadrille des amazones entre en scène en 1741. Comme il se doit, l'aînée, dix-huit ans, ouvre la marche. Elle a décidé d'épouser Henry Fox, de vingt ans plus âgé, sans titre ni fortune, mais politicien aux dents longues et qui, malgré l'opposition de son rival, William Pitt, se tailla une place d'honneur à la cour des Hanovre. Emily, la seconde, jette son dévolu sur un riche lord anglo-irlandais dont ni les cartes, ni l'existence fastueuse, ni les vingt-deux enfants n'épuiseront les revenus. A peine sera-t-il mort que l'insatiable lionne se marie avec un certain Ogilvie, précepteur de ses fils. Elle fournit un époux à la troisième, ce brave imbécile de Conolly, mais qui se soucie de l'esprit d'un gros propriétaire terrien?
Sarah, la quatrième, tombe plus mal encore. Son Bunbury n'a ni rentes ni charme. Et puis après? Elle le plantera là pour courir le guilledou à Paris (avec le duc de Lauzun) et se remariera avec un superbe capitaine d'1,90 m. Pour notre bonheur, les sœurs ne cessent de s'écrire, commérer, se brouiller, se réconcilier. Ecoutez-les jaser au fil des pages. C'était hier. Non, c'est aujourd'hui .....

Un beau sujet pour les Fêtes Franco Ecossaises...2007 ?..

Lord Edward Fitzgerald

Célèbre révolutionnaire irlandais, il fit un séjour à Aubigny avec sa mère Emily.
Membre de l’opposition nationale au Parlement d’Irlande.
Il vint à Paris en 1792 et s’enthousiasme pour la révolution française
De retour en Irlande, il adhère aux Irlandais-Unis (1796) et prépare activement l’insurrection de 1798 Il y trouva la mort.
Stella Tillyard faisant suite à « Aristocrats » lui consacre une biographie « Citizen Lord »

FOX, Charles James

Charles James FOX, petit fils de Louise de KEROUAL, duchesse d'Aubigny.
Homme politique sensible aux idées des lumières. Leader wigh, il fut secrétaire d’Etat aux affaires étrangère (1792)et forma un gouvernement de coalition avec North (1783-84)
Il était favorable à l’indépendance des colonies américaines qui fut reconnue par le Traité de Versailles (1793) qu’il prépara avec Charles Gravier, comte de Vergennes brillant secrétaire d’état aux affaires étrangères de louis XVI (1).
Admirateur de la Révolution française il était l’ami de La Fayette avec qui il partage une conception large de la liberté (2)
Il a tenté, en vain, de conclure la paix avec Napoléon, et préparé l’abolition de la traite des noirs.
(
1) Vergennes est l’ancêtre de l’épouse du député maire d’Aubigny.
(2) Lire « La Fayette » d’Etienne Taillemite, président du Centre de Recherche de l’Auld Alliance Franco-écossaise. En particulier l’intervention de Fox en Faveur de La Fayette pour le faire libérer d'Olmütz

GUERRES DE RELIGIONS à Aubigny

Monday, March 27, 2006

VAL NERE translation > GLENNERE

Val Nère est une ferme, proche de Château de la Verrerie. Juste après le chemin qui y conduit traverse à gué la Nère .
VAL NERE, c'est aussi un agréable circuit de randonnée balisé. Dommage qu'il soit confidentiel... Impossible de se le procurer à l'Office de Tourime du Canton d'Aubigny .
Par contre vous le trouverez sur le site du PAYS SOLOGNE - SANCERRE , en micro > http://www.pays-sancerre-sologne.com/randonnees/pedestre/oizon/val.htm . Cela meriterait un vrai topo-guide et de vérifier sur le chemin entre le Rond des Mouillières ( avec sa belle croix ) au Rond de Cléfy est bien autorisé.